Interview de MELAN du crew Omerta-Muzik par Skeud Dealers.


En allant chercher le soleil dans le sud de la France, Skeud Dealers a eu le plaisir de rencontrer Melan, Artiste toulousain âgé de 20 ans et membre actif du collectif Omerta-Muzic. Ce jeune rappeur indépendant et engagé nous fait partager depuis quelques années son rap à travers une voie atypique, des textes matures et réalistes sur les épreuves de la vie qui nous concerne tous. Le tout sur des prods réalisées par des Beatmakers de talent de son propre collectif et d’ailleurs. Je n’ai qu’une seule chose à ajouter : Place aux jeunes sudistes, une partie de la relève est là !


Skeud Dealers : Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Melan : Je suis quelqu’un de Vagabond, j’ai beaucoup bougé ! J’ai commencé à raper à 14 ans, je viens de Paris et je suis originaire de Barcelone.
Aujourd’hui j’habite à Toulouse et je rape avec Omerta Muzik. Voila, C’est dur de présenter 20 ans de vie en quelques phrases…

Skeud Dealers : Avant Omerta-Muzik étais tu déjà investi dans le monde du Rap ?

Melan : J’ai toujours avancé tout seul, j’ai fait des groupes avec d’autres personnes mais je préfère continuer à travailler pour moi. Aujourd’hui je suis avec Omerta, mais je taff aussi de mon côté, pour ne pas me perdre, car les crew ça peut s’arrêter du jour au lendemain. Mais j’ai l’esprit d’équipe et on y met chacun du sien pour faire avancer le collectif. J’avais déjà fait des concerts, des cd, et quelques clips. Donc oui on peut dire que j’étais déjà investi dans le monde du rap mais pas aussi concrètement qu’avec le groupe qu’on a monté.


Skeud Dealers : Parle-moi un peu d’Omerta-Musik ?

Melan : C’est une association toulousaine musicale et sociale.
Dans la pratique c’est un collectif qui rassemble plusieurs rappeurs Jab, Paypay, Selas, Ril-C, Capdem, Fadah, et moi-même. Pour la plupart se sont des artistes qui viennent de plusieurs groupes différents et ils bossent en solo ou avec Omerta-Muzic. Ensuite il y a 4 beatmakers qui sont Diaz, Djé, Enro et Toxine. Parfois les beatmakers travaillent avec d’autres rappeurs, et nous avec d’autres beatmakers de temps en temps. Ce qu’on aime c’est travailler au feeling avec les « gens vrais » .On n’ouvre pas nos portes à n’importe qui.

Skeud Dealers : Qu’est ce qui t’as donné envie d’écrire ?

Melan : Je n’ai pas vraiment choisi en fait, j’étais dans une soirée bien arrosée j’avais 14 ans et j’avais besoin d’extérioriser. J’me suis posé trop de questions, j’ai pris des feuilles et j’ai écrit, je n’ai pas cherché à faire des rimes il y avait trop de choses qui me révoltait dans ma vie. L’idée première ce n’était pas de faire du rap, je voulais me lâcher. Mon premier thème était l’obligation, tout ce qu’on t’oblige à faire dans la vie et qui va contre tes idées et ta vision…


Skeud Dealers : Y’a-t-il des rappeurs qui t’ont influencé dans ta musique ?

Melan : Je n’ai jamais commencé le rap à cause de tel ou tel artiste. j’ai débuté car c’était vraiment un besoin, c’est ma souffrance qui m’a donné envie d’écrire.
J’ai beaucoup écouté de son à l’ancienne comme ideal J, Rocé,  la Cliqua…etc. Mais je ne voulais pas faire comme eux, au début je rappais comme je pouvais avec mes mots à moi et ma maladresse, puis j’ai évolué tout seul. Le but était vraiment de faire ressortir tout ce qui me pesait. Ce n’est que quelques temps plus tard que je me suis mis à travailler mes textes. Résultat mes sons étaient plutôt Dark dans le fond et ça l’est toujours aujourd’hui.


Skeud Dealers : Justement, dans tes textes tu laisses souvent passer des messages « engagés et conscients » parfois assez personnels comme dans « seul dans mon désert » ou « J’assume ». Est-ce que le rap pour toi est un exutoire ou est-ce le moyen de faire passer un message politique ?

Melan : C’est la question que je me pose pour moi, je suis souvent dans l’autocritique, je voudrais être plus militant dans mes sons, mais je sais que je ne peux pas sauver la planète et je suis plutôt pessimiste à ce niveau. Je ne fais pas forcément du rap pour la révolte, comme tous ces gens qui se disent révoltés mais qui ne font rien. Je fais des actions au quotidien, si je peux faire changer les choses tant mieux.
Après ma musique m’appartient et dans les trois quarts de mes morceaux je parle de ma gueule, c’est très personnel. Je me sers de ce que j’ai vécu pour faire passer un message, on a des souffrances et des visions de vies similaires. C e que j’essaye de faire c’est d’interpréter mes visions à moi de façon assez imagée pour que ça parle aux gens.
Car au final on est tous dans le même bateau.

Skeud Dealers : Penses-tu être un artiste éclectique ou appartenir à un style particulier ?

Melan : Non je n’appartiens à aucune catégorie, je fais du son pour moi ! La sortie de mon prochain disque dans lequel je réunis tous les sons que j’ai fais ces dernières années le montre bien. Ils sont tous différents les uns des autres; Par moment je peux pousser ma voix au maximum avec un flow un peu à la Saian Supa Crew (mais ça reste assez rare), mais il y a aussi des morceaux plus dark et lents, et d’autres beaucoup plus dynamiques. Se sera un CD très éclectique car ses dernières années je me suis beaucoup cherché et ça fait peu de temps que je commence à trouver ma ligne directive..


Skeud Dealers : Et aujourd’hui sur quel genre de Beat aimes-tu travailler ?

Melan : Ce que j’aime le plus c’est cette ambiance assez triste, ou j’essaie de faire passer des messages positifs.
Avant tout il faut que je trouve le son « magique».
Eliminer le dirty ça je ne peux pas. J’aime avant tout les sons à l’ancienne dans le style des prods à la Cliqua, ça me correspond plus .J’aime aussi débiter sur des prods oldschool, tout comme sur des beats Dark. Là, je me pose beaucoup plus au niveau de mon flow et je peux raconter plus de choses.

Skeud Dealers : Y’ a-t-il des artistes avec qui tu aimerais travailler ?

Melan : Non. Je n’ai pas de désir de feat, ni de rêve d’un son ideal, Maintenant grâce à internet les connexions sont plus faciles, je prends mon sac à dos et je vais à la rencontre des gens. Ça ne m’intéresse pas de poser avec des artistes connus, surtout si le feeling ne passe pas. L’humain passe avant le rap.


Skeud Dealers : Quelle est la dernière claque que tu aies pris en Rap Français ?

Melan : J’peux allumer une cigarette ? Faut que je réfléchisse (rire).
Quelques minutes plus tard…
5h du mat, Inglorious Bastardz
y’a plus grand-chose de passionnant dans le rap français, les bons artistes se font rares, même s’il reste des perles, et des gens très forts qui sont inconnus…

Melan devrait consulter Skeud Dealers plus souvent…


Skeud Dealers : Tu m’as dit précédemment que tu allais sortir un album…peux tu nous en parler ?

Melan : Oui, effectivement un CD va sortir prochainement (en aôut). Il est en mixage avec Toxine , ça prend du temps on s’investit pas mal dans nos projets et heureusement , il y a des bons retours et on arrive toujours à se rembourser. Donc ce CD « Vagabond de la Rime » va être une compilation de solos fait ces dernières années. Je veux éviter que tous ces sons passent à la trappe et il faut que ça devienne plus concret!
Je suis aussi en train de travailler sur mon Album, qui va être le premier dont je suis fier, c’est-à-dire qu’il reflète mieux ce que je veux retranscrire et me correspond mieux. Les différentes collab’ : Il y aura pas mal de Feat, avec tous les gens vrais que je peux rencontrer ces derniers temps, c’est un album important.
Ensuite au mois d’aôut on a pour Projet avec Omerta-Muzik d’aller s’isoler dans la montagne écrire et enregistrer un Album au calme.
Les beatmakers ont deux compiles de prévues, et chaque rappeur un projet solo. Tout ça est à surveiller de près, parce qu’ils préparent du lourd là les cocos!! Et pour le moment je n’en dit pas plus.

Skeud Dealers : As-tu quelque chose à rajouter ?

Melan : Merci à toi !

Propos recueillis par Solen Igmatik, membre de l’équipe Skeud Dealers.

Les petits boutons en dessous pour nous aider à faire tourner sur les réseaux sociaux, merci !

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :