Les P’tits Papiers #3 | Soade | Pandamonium

Pandamonium - Soade skeud dealers article interview rap hip hop

C’est il y a quelques jours durant ma séance hebdomadaire de méditation aquatique qu’il me vint l’idée des p’tits papiers de la semine; et si nous réécoutions Pandamonium ?

Après concertation et mettre séché les tentacules, ni une ni deux, je pris mon bambou le plus affuté, enfilé mon casque et me mis à écrire quelques mots sur la bête la plus groove du moment. « Encore un animal » j’entend dire au fond, oui mais pas n’importe lequel; une mascotte et un véritable porte drapeau, un panda quoi !

Soade, pandamonium, article, rap hiphop, glitch, jazz, funk, skeud dealers

C’est donc l’histoire d’un panda nommé Soade, un drôle d’animal de 27 ans passionné de musique et qui a mis bas, il y a quelques temps d’un petit bijou nommé « Pandamonium ».

L’animal commença son aventure musicale une basse à la main et des rêves pleins la truffe à l’age de 16 ans. À l’aise dans diverses formations, du rock à la soul en passant par le jazz et le hiphop, il apprend pendant ce temps à souffler dans le saxophone. En vrai mélomane, il a toujours bidouillé de la production sonore, voulu comprendre comment tout s’articule dans un morceau, comment un beat se construit. Il se définit lui-même comme un vrai « touche à tout ».

C’est 9 ans plus tard et poussé par l’envie d’aller plus loin que Soade s’est lancé à corps perdu dans la production. Avec Machinist’, un beatmaker hiphop au prod teinté de soul 70’s, il apprend vite et acquiert des bases solides du beatmaking. Il puise ses influences dans des Dj Krush, Rjd2, Dj shadow, Bonobo, Blockhead… du Djing électro mais aussi de tout son folklore musical, de la soul au jazz en passant par le rock. Grand fan de voix pitchées, de breakbeats sales et de caisses claires décalées, il aime essorer un sample, le macher et en retirer le jus le plus tordu possible. Soade veut des sons qui plongent dans une autre dimension, des samples percussifs,  ceux qui laissent un gout de nostalgie dans la bouche (et les oreilles). « Mon passe-temps préféré : chiner le vinyle méconnu qui saura me transporter ».

C’est dans une école d’art qu’il rencontre Daze, MC fanatique de l’écriture appliquée. Sa plume aiguisée et ses textes métaphoriques ont décidé Soade à le produire. Né de cette rencontre un premier EP intitulé Cohabitation. Projet qui mûrit et aboutira prochainement sur un album concept accompagné de vraies zikos. Suite à cette première sortie et fort d’une expérience studio enrichissante, Soade s’enferme dans sa jungle et décide de travailler sur son premier album. Un an après, il accoucha d’un Panda.

La musique est véhicule d’histoires, d’émotions, de sensations. Soade aime ce qu’elle permet d’exprimer, ce que tu n’arrives pas à dire. Ici Pandamonium c’est un peu son exutoire et son jardin secret. Chaque morceau du puzzle est une partie de lui et raconte une histoire. Abstrait certes, mais chaque élément est travaillé dans ce sens. Une sorte de Panda’ thérapie !

À l’écoute d’un album, généralement tu franchis comme une porte dès l’intro, avec cette ambiance qui happe ton esprit. L’outro la referme et laisse un grand vide autour de toi. « Le Pandamonium, c’est la porte vers mon univers« .

Dès l’introduction, Soade nous laisse donc tranquillement rentrer dans son univers. Là est le but de l’artiste, nous faire découvrir son monde et sa jungle; à nous de jouer avec les sonorités qu’il nous offre, votre imaginiation fera le reste du taff.  Une histoire assez abstraite afin que chacun puisse s’imaginer sa propre version du film.

Ce qui impressionne dans ce projet, c’est cette fluidité qui amène un titre à un autre sans même que cela nous titille les tympans, une cohérence parfaite qui  nous laisse à peine rependre notre souffle.  L’artiste nous dévoile ici ses faces cachées, d’ailleurs, les côtés les plus mélancoliques de sa personnalité se cacheraient-ils dans « Dream about » ? Les morceaux s’enchaînent et les styles se mélangent. On commence en douceur, une base hip-hop et jazzy se ressent tout au long de l’album,  mais l’artiste n’hésite pas à nous envoyer de joyeuses petites claques aux sonorités beaucoup plus électro.  «Last Breath» ne lésine pas sur la « mécanique » tout comme «Mamihlapinatapaï».

Vous pourrez retrouver quelques collaborations avec deux musiciens ainsi qu’un morceau avec Cklm, Mc du groupe Maniacx, à suivre de très près bien-sûr… (leur bandcamp). « Pandamonium » est son exutoire, mais il est aussi le nôtre, un moyen d’échapper en douceur à un quotidien qui parfois nous étouffe.

Actuellement Soade travaille sur son set live et s’apprête à le délivrer partout où l’oreille sera polissonne. Hyperactif de nature, il bosse sur de nombreux projets qui devraient voir le jour courant de l’année. Clips, featurings inattendus et création d’un collectif, sous la plateforme d’un site web regroupant des producteurs trip-hop downtempo de France et de Navars qui ont la même vision de la création sonore.

En attendant le live et la tournée, retrouvez Soade sur  facebook et soundcloud, allez chopper gratuitement le projet « Pandamonium » sur bandcamp. Partagez « les P’tits Papiers » autour de vous via les icônes ci-dessous, et rejoignez-nous pour plus de son sur la page facebook et attendant la suite.

skeud dealers, article hip hop, trip hop, Soade, Pandamonium

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :